La littérature jeunesse

Littérature dès l’enfance

J’ai toujours aimé lire et ce dès mon plus jeune âge. J’ai été bercé par les livres de ma littérature jeunesse. Je passais des après-midi entiers – et parfois des nuits sous la couette avec ma lampe torche – à dévorer les histoires de Martine, du Petit Nicolas, de Tom Tom et Nana, du Club des Cinq, Tintin, Astérix et Obélix et bien d’autres encore.

J’adorais leurs aventures, tantôt fantastiques, tantôt terre-à-terre, mais je n’arrivais pas toujours à m’identifier à eux. En tant qu’enfant, je ne m’étais pas posé la question mais en grandissant, j’ai réussi à comprendre pourquoi : ma littérature jeunesse ne me ressemblaient pas. Les petits héros et héroïnes avaient la peau blanche, les yeux bleus et des cheveux lisses, bien loin de ce que le miroir me renvoyait. Née à la fin des années 80 et ado dans les années 2000, les figures positives auxquelles m’identifier dans l’espace public étaient alors rares. Dans la littérature jeunesse, elles étaient inexistantes quand elles n’étaient pas racistes.

Avoir des héros qui nous ressemblent, auxquels on peut s’identifier, renforce notre légitimité à habiter le monde, nous permet de construire notre estime de soi, de grandir et de devenir des adultes épanouis. Dans notre société, les petites filles et les petits garçons noirs manquent encore cruellement de personnages de fiction positifs auxquels se référer. Bien souvent, lorsque le personnage principal d’une histoire de la littérature jeunesse est noir, c’est pour mobiliser un imaginaire autour de la jungle, des animaux, de l’Afrique (présentée en tant que pays).

Jeu adji (en langue fongbé) entre enfant et adulte en compagnie de la poupe Nayanka

La représentation dans la littérature

Heureusement, les temps changent. Grâce aux débats de société, à la littérature, au cinéma, on remarque de réelles avancées sur la question de la représentation des minorités.

Du côté de la littérature jeunesse, l’offre s’étoffe d’année en année grâce à de nombreux auteurs africains et afro-descendants. Nos bouts de chou ont désormais accès à des histoires avec des personnages qui sont comme eux et dont la couleur de peau n’est pas forcément déterminante dans l’histoire. Autre avantage : ces histoires permettent aux parents d’aborder des sujets spécifiques et complexes tout en délicatesse. Elles favorisent à tous niveaux les notions de diversité, d’acceptation de soi et de l’autre.

Voici la liste des livres que j’ai préférés :

1 – Comme un million de papillons noirs, de Laura Nsafou & Barbara Brun, Éditions Cambourakis

Ce livre raconte l’histoire d’Adé, une petite fille noire qui rentre un jour de l’école et annonce à sa mère qu’elle n’aime pas ses cheveux car les enfants se moquent d’elle à l’école et au parc. Commence alors une fabuleuse histoire où grâce aux femmes de sa famille, Adé va découvrir et apprendre à s’occuper de ses cheveux et par-dessus tout, à les aimer.

Livre - Comme un million de papillons noirs
Livre - Gaïa changera le monde

2 – Gaïa changera le monde, de Paula Anacoana et Claudia Amaral, Anacoana Éditions

Gaïa est une petite fille de 10 ans, un génie des mathématiques, qui aime le sport et qui cherche à tout savoir du monde qui l’entoure. Elle est surtout préoccupée par le sort de la planète. Elle trie ses déchets, baisse le chauffage et lutte contre le gaspillage. Mais rien ne bouge autour d’elle et en grandissant, elle emploiera ses talents à créer une société plus respectueuse de notre planète.

Un livre intéressant pour son personnage moderne et engagé, qui permet d’aborder le sujet de l’écologie avec les enfants.

3 – Akissi, de Marguerite Abouet et Mathieu Sapin, Gallimard Bande Dessinée

Akissi est une petite fille qui ne manque pas de caractère, intrépide et têtue. Elle vit à Abidjan des aventures drôles et rocambolesques, à cause de ses bêtises, pour notre plus grand plaisir. Cette bande dessinée, créée par l’auteure de Aya de Youpougon, se décline aujourd’hui en 9 tomes.

Livre - Akissi
Livre- Neïba Je-sais-tout

4 – Neïba je-sais-tout (ou presque) – Tome 1 : Tu sais garder un secret ? – Madina Guissé et Lyly Blabla, Publishroom

Neïba est une petite fille de 9 ans. Drôle, attachante, elle n’a pas sa langue dans sa poche. Dans ce tome, la fillette découvre un secret sur son grand frère Ibrahima et ne se doute pas de la zizanie qu’elle va semer dans sa famille en le révélant.

5 – Le chemin de Jada, de Laura Nsafou & Barbara Brun, Éditions Cambourakis

Iris et Jada sont deux jumelles que rien ne distingue, sauf la couleur de leur peau. Iris est claire comme l’acacia alors que Jada est foncée comme le cacao. La première est sans cesse complimentée tandis que l’on se moque de la seconde. Jada part alors à l’aventure pour rejoindre les Enfants de la Nuit auxquels sa grand-mère la compare…Une belle histoire qui permet d’aborder la question du colorisme tout en délicatesse.

Livre - Le chemin de Jade

Pour se construire sereinement les notions de représentativité, de confiance en soi et d’ouverture sont essentielles.

Nayanka, la poupée qui parle plusieurs langues

Le livre Nayanka l’aventure valorise de façon subtile l’équité, la solidarité et participe activement à la représentativité dans la lecture.

La poupée Nayanka de la marque Afreedoll, porte un message d’authenticité et d’ouverture.

D’une part, elle valorise l’amour de soi, de son héritage et de ses cultures.

D’autre part, elle suscite la curiosité, la découverte de l’autre, la liberté, le respect et le vivre ensemble.

Boutique

Et vous, quels sont les livres préférés de vos enfants ? Donnez-nous vos meilleurs titres dans les commentaires !

Laisser un commentaire